FanClubJohnnyCashFrance & Europe

FanClubJohnnyCashFrance & Europe

QUI EST L'ADMIN DU FAN CLUB JOHNNY CASH FRANCE ?

Bonjour à tous.

J'ai beaucoup de messages via Facebook ou Twitter et Email pour savoir qui est votre serviteur, l'admin de Fan Club Johnny Cash France.

Alors mon prénom est Marco.Vous ne m'en voudrez pas de ne pas mettre mon nom de famille ici merci.

Mais plus tard si vous consultez les liens vous le verrez. Je suis né e Afrique dans une famille bourgeoise de fait, j'y grandi heureux avec mon frère et ma soeur. Nous bougeons dans d'autres pays entre autre á cause de la guerre du Biafra mais toujours en Afrique de l'ouest et anglophones.

A l'age de rentrer au collège mes parents me mettent en pension à Lyon puis Perpignan. Scolarité chaotique mais j'avance et surtout je découvre le rock'n'roll le soir dans le dortoir grace à mon grand père qui m'avait offert en cachette un petit transistor avec une oreillette je découvre la chanson française et surtout le rock'n'roll avec Max Meunier et les routiers sont sympas et Patrice Blanc Francard sur France Inter et presque tous les soirs je m'endors avec la musique dans le creux de l'oreille.

En 1975 mais parents décident de rentrer en France, à Boulogne Billancourt. Et c'est à partir de moment là que je vois des paillettes dans mes yeux. Mon collège est à deux pas des studios Solfèrino ou je vois défiler des Johnny Hallyday, France Gall etc avec leurs musiciens qui venaient nous défier au baby foot et des studios Pathé Marconi de la rue de Sèvres ou sont venus les Stones pour enregistrer Start me up et Black limousine parmi de grands groupes Pink Floyd, Keith Moon, les frères Young d'AC/DC (qui m'invitèrent au Stadium 13° en Novembre 1978 avec un after fameux au Rose Bonbon, la seule fois que je vis Bon Scott au chant ) et les concerts du Bourget et nombre de groupes français comme Trust,Starshooters Téléphone etc sans savoir que nous travailleront ensemble et que je retrouverais plus tard. Et ces deux studios auront pour une incidence pour la musique et moi.Alors je me cherche un instrument j'essaie la guitare mais mon père et mon petit frère en jouent, un peu de batterie mais là mes parents ne sont pas chauds alors j'hésite entre les synthétiseurs et la basse. Est à Solfèrino que je rencontre Yannick Top le bassiste de nombreux chanteurs et chanteuses qui me donnera des cours et m'apprit mes premiers accords de basse et les accords de quintes qui me serviront plus tard.

Et je décide de devenir bassiste (tout en gardant un mini Moog et un ARP Axe en synthétiseur), et par la suite contre bassiste formé Mr Bordenave contre bassiste de jazz, le regretté Fred Lemarchand de DKP et d'Edith Nylon mon pote de Boulogne qui va m'apprendre à jouer du rock avec qui nous passions avec mon coloc Laurent Lesdema au saxophone et d'autres copains nos journées et nuits à jouer et nous motiver. Premiers voyages à Londres en 1977 et 1978 ou je vois les Sex Pistols et les Clash ce qui aura une importance plus tard. Je rentre dans plusieurs groupes parisiens ou de banlieue, rock, hard, reggae, musique africaine et surtout punk un son tout nouveau en France. Je jongle entre ça et des études de droit pour faire une capacité en droit dans une fac parisienne pas du tout rock'n'roll, on se sait jamais ce que l'avenir sera et surtout pour le logement et quelques avantages comme le CROUS pour manger.

Alors bon en mal en j'apprends à jouer et je fais mes classes. Mais je ne trouve pas vraiment de projets emballant. Mais de nouveau je décide de m'exiler de nouveau à Londres pour m'imprégner de cette culture, de la musique punk mais pas que du reggae, rockabilly, d'apprendre mon job et aussi la chance de voir l'émergence de tout un tas de groupes qui vont me marquer et marquer l'histoire de la musique. Et je continue à jouer dans des squats, des petites salles plus ou moins crasseuses sentant la bière et la sueur avec de nombreux groupes amateurs ou semi pros. Et un soir après un concert avec des mecs de Herne Hills un mec veut me parler. Je reviens après quelques minutes et il me fait savoir qu'il a aimé ma façon de jouer et qu'il recherche un bassiste pour son studio qu'il veut voir ce que je vaux et qu'il a un job pour moi. Rendez vous fut prit pour le lendemain. Je m'y rends sans trop savoir ce que j'allais trouvé. Et j'arrive à Soho et gros flash c'est le Trident studio. Mythique ! Je fais un test et je suis engagé à la pige par Stephen Short tout nouveau patron du lieu pour des maquettes et overdub's sur pas mal de musiques plus ou moins bonnes, rock, punk, variétés anglaises et des sessions d'enregistrements pour des musiciens parfois trop bourrés ou camés avec un autre français Axel Bauer un guitariste que je ne connaissais pas qui explosera à son retour en France avec cargo de nuit. J'ai aussi un peu travailler au Wessex ou j'ai la chance de croiser mes idoles.Mais je fais des évents historiques comme en mars 1979. Les concerts de The Tour of Life de Kate Bush qui courent du  au  au Royaume-Uni en tant que technicien. Mais la France me manque et les bruits qui ne reviennent par les nombreux compatriotes venus passer des week ends de folie à Londres plus les piges que je fais à la SFP au théâtre de l'Empire et au Palace (Enfants du Rock et Chorus) me font savoir et ressentir que ça bouge à Paris.

Alors je décide de rentrer à Paris avec plus de certitudes sur mes moyens techniques et oui la France s'est mise au rock'n'roll.

Avec les rencontres et heureux hasards merci les nuits parisiennes et une petite réputation j'arrive à décrocher mon premier contrat vraiment pro avec le groupe Odeurs  https://fr.wikipedia.org/wiki/Odeurs et Ramon Pipin c'est amusant.

En 1983 j'intègre ce qu'on appellerai aujourd'hui un incubateur musicale l'Usine de Montreuil. Là je fréquente la Mano Negra, les Négresses Vertes, Parabellum, la Souris déglinguée etc....Je saute de groupes en groupes sans vraiment trouver ma place j'y trouve un manque de rigueur, des heures à répéter aux anciens frigos de Tolbiac qui n'aboutissent à rien, à faire des projets au studio WW du quai de la gare avec Patrick Woindrich qui y enregistrait des groupes comme Indochine Oberkampf et d'autres de la scène française.

Mais il me fait rencontrait Patrick Mathé qui quelques années plus tard je vais retrouvé pour mon plus grand bonheur.

Mais nous n'en sommes pas là encore un peu de patience.

Faisant pas grand chose de probant depuis mon retour de Londres avec quelques économies et une petite amie de Toulouse Brigitte, punkette à la frange rose nous écumons les lieux branchés le Bleu Nuit à Art et Métier en début de soirée puis le Rose Bonbon ou le Gibus pour finir les nuits aux Bains Douches. Le Gibus plus pour voir les concerts car Jiry Smetana était à la pointe de la programmation musicale des Stray Cats aux Meteors sans compter les groupes punks lui l'adorateur des Beatles et c'est là que ma vie de musicien va prendre un tour sérieux et lucratif et folle.

Un soir j'assiste seul, je ne suis plus avec ma toulousaine, au concert de Johnny Thunders d'une oreille distraite mais je comprends vaguement que Mr Thunders raccourcie le concert sous les sifflets du public. Mais moi je suis au bar avec Yves Hamelin des Wild Child, Bruno Blum musicien et journaliste entre autre pour Best et Rock n Folk, Fred Lemarchand de DKP et Jiry quand on voit Johnny arriver furieux et explique à Jiry que pour le concert du lendemain il lui fallait un autre et bon bassiste. Jiry se retourne vers moi et me dit mais tu as joué avec Jerry Nolan à Londres je lui dit que oui alors ni une ni deux Johnny me dit je vais reprendre le concert de ce soir mais je lui dis "désolé je ne peux pas jouer sur la basse du type je suis gaucher". Je n'oublie pas qu'il a été lui aussi bassiste et Il me dit écoute tu as 5 minutes pour inverser les cordes et t'accorder et on repars finir le concert.

C'est de là que mon surnom de Marco le Gaucher viendra et me suivra jusqu'à aujourd'hui. A la fin du set il me dit " what the hell tu connais ma musique et celle des New York Dolls" alors demain soir nous rejouons ensemble et je te garde. Mais je lui dis que ma basse Rickenbaker 4003 est en révision et il renchérie "je veux qu'à midi tu sois à l'hotel à République pour la set list".

Alors le lendemain matin je me rends chez Marcel Dadi à Pigalle qui me fera le plaisir et la confiance de me confier une Fender gaucher et je récupère mon HH 412. Et me voilà parti pour un concert sans répétitions au Gibus un Vendredi soir. Et aussi embarquer dans l'aventure Johnny Thunders.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Johnny_Thunders

Et cerise sur le gateau quelques mois plus tard alors qu'on faisait un concert en Allemagne je me fais remarquer par Tom Waits qui est dans le backstage du concert  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Waits et me dis "tu n'es pas qu'un joueur de rock'n'roll" et "est ce que tu joues de la contre basse" je lui réponds par l'affirmatif il m'invite à diner le lendemain soir off pour nous et après une discussion à laquelle avait pris part Ricky Lee Jones il me propose de le rejoindre en alternance avec Thunders et de jouer avec lui sur ses tournées et sur quelques dates européennes pour Ricky Lee en live.

Mais en parallèle je touche, je m'initie, au coté technique de la scène, le son et les lumières en apprenant sur le tas en étant roadies de petits concerts à des grandes scènes comme pour les Stones ( Hippodrome de Longchamps) au Pink Floyd et tous ces grands groupes, de MJC à

de Pantin à Sévres et comme road basse pour Téléphone sur la tournée d "Un Autre Monde". L'intermittent du spectacle quelle aventure ! Mais je reviens au job.

Et me voilà replonger dans le grand bain des tournées partout autour du globe de Paris à Berlin en passant par New York. Une vie de dingue. Et puis arriva les retrouvailles avec Mathé de chez New Rose grand label parisien qui me propose un job de backing bass et overdub's á ingénieur du son, je vous invite à écouter la version de Hurt de Johnny Thunders sur YouTube, et je vais avoir l'opportunité de travailler pour de nombreux groupes qui arrive à point nommé par rapport à ma situation personnelle avec de Gun Club, Saints,Dead Kennedys, the Cramps en passant par Bill Hurley des Inmates et bien sur Johnny Thunders et bien d'autres.(je propose á ceux qui veulent une copie compilation de mon travail, á discuter mon Email est sur la page d'accueil) Et là c'est parti jusqu'en 1994 en travaillant pour la télé à Taratata, au théâtre de l'Empire pour la SFP et des concerts à intervalle réguliers. Et arrive 1995 ou le ciel me tombe sur la tronche. Double galères la mort de ma compagne Dalila et je fais une crise cardiaque du au surmenage aujourd'hui on dirait un burn out sévère.

Opération à coeur ouvert, transplantation cardiaque et une autre vision de la vie se fait jour que je veux consacrer à ma famille et aux choses plus essentielles de la vie. Et là je décide de rejoindre ma famille dans le sud de la France en Occitanie ou je continuerai à faire des activités dans la musique, organisations de festivals country rock avec une équipe génial et du rockabilly avec un breton très connu Grand Dom qui profitera de nos infrastructures et bénévoles. 

Et un soir alors qu'on rentrait d'un concert avec mon ami Georges il me dit "toi qui est fan de Johnny Cash" oui je suis fan et je l'ai vu 3 fois Glastonbury 1994 et Montreux 1994 ou j'ai pu le rencontrer en backstage de meme qu'à Berlin en 1995, "tu sais qu'il n'y a pas de fan club johnny Cash ou plus en France et en Europe". OK et voilà que dès le lendemain je me suis attelé à la création de ce site dédié à Johnny et sa musique  https://fan-club-johnny-cash-france.blog4ever.com/ et il existe maintenant depuis presque 10 ans cette année (2011 2020) grace à vous et pour vous. Merci à tous les visiteurs. To be continued...

gibus.jpg
johnnythunders24.jpg

 

 

toutesmesbasses.jpg

 

 

 

 

Mon bureau et mes outils de travail.



05/04/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres